Une Étude Révèle Que La Rv Est Efficace Pour Traiter Les Phobies

La réalité virtuelle s’est fait un nom dans l’industrie du jeu, mais la technologie a rapidement été appliquée à la formation par les entrepreneurs et les entreprises – tous deux cherchant à trouver une plus grande efficacité dans leurs programmes. Mais c’est le secteur médical qui profite désormais des avantages du monde virtuel.

Des universitaires de l’université d’Oxford ont récemment conclu une étude qui a révélé que 3 patients sur 4 pouvaient surmonter leur grave phobie des hauteurs à l’aide de la technologie de la réalité virtuelle.

Les chercheurs ont encouragé les participants à entrer dans l’environnement de la RV où ils ont été entraînés à relever une série de défis liés à la hauteur, comme le sauvetage d’un chat ou la traversée d’un pont de corde au sommet d’un immeuble de dix étages.

Les universitaires ont trouvé l’approche très efficace, les participants qui ont lutté contre le vertige pendant de nombreuses années ayant trouvé des craintes irrationnelles apaisées quelques heures seulement après avoir attaché le casque de RV.

De plus, les participants bénéficiant d’un coach virtuel, aucun thérapeute humain n’a été nécessaire pour obtenir ces résultats remarquables.

« Dans la vie de tous les jours, je suis beaucoup moins réticent aux bords, aux marches et aux hauteurs », a expliqué un participant.

« Quand j’ai toujours été anxieux à propos d’un bord, je pouvais sentir l’adrénaline dans mes jambes qui se battent / volent ; cela n’arrive plus autant maintenant… J’ai l’impression de faire d’énormes progrès, et je suis très heureux de ce que j’ai gagné. »

Un autre a expliqué qu’il pouvait maintenant se sentir détendu en regardant par le balcon du centre commercial local, ce qui lui aurait été impossible avant le traitement de RV.

La peur irrationnelle des hauteurs, ou acrophobie, est la phobie la plus courante, avec 5% de la population diagnostiquée cliniquement et 20% de la population éprouvant des difficultés.

L’étude était basée sur des données recueillies auprès de 100 volontaires qui avaient chacun un diagnostic formel d’acrophobie et qui en souffraient depuis 30 ans en moyenne. La moitié des volontaires ont été traités avec la RV, bien que deux participants n’aient pas pu terminer le traitement parce qu’ils le trouvaient très difficile.

Le traitement a pris la forme de six séances de 30 minutes en RV, espacées sur une période de deux semaines. Un « coach » en RV encourageait les participants à expliquer les détails de leur phobie, tout en leur offrant quelques informations sur la psychologie des phobies.

Après avoir rencontré l’entraîneur virtuel, les participants ont été mis au défi d’entrer dans un bâtiment virtuel, dont chacun des dix étages présentait un défi lié à la hauteur. Un des défis pourrait être de se tenir simplement près du bord d’une plate-forme, tandis que faire tomber une balle par-dessus le bord représenterait un niveau supérieur, en termes de difficulté. Finalement, les participants ont pu travailler jusqu’à traverser un grand espace sur un pont de corde.

Après avoir suivi le programme de traitement expérimental, 69% des participants n’étaient plus classés comme cliniquement phobiques.

L’équipe d’Oxford affirme que les résultats positifs de ce premier essai suggèrent que la thérapie par RV a un potentiel, non seulement pour aider les patients ayant le vertige, mais aussi pour de nombreux autres problèmes de santé mentale. En outre, l’efficacité de ce type de traitement pourrait contribuer à alléger la charge de travail des services de santé surchargés.

« Nous avons besoin d’un plus grand nombre de thérapeutes qualifiés, pas moins, mais pour répondre à la forte demande de traitements de santé mentale, nous avons également besoin de solutions technologiques puissantes », a expliqué le professeur Daniel Freeman, auteur de l’étude publiée dans la revue médicale The Lancet.

« Comme l’a montré notre essai clinique, les traitements en réalité virtuelle ont le potentiel d’être efficaces, et plus rapides et plus attrayants pour de nombreux patients que les thérapies traditionnelles en face à face ».

Ce type de thérapie semble non seulement efficace, mais aussi raisonnablement peu coûteux. Il y a un investissement initial à faire dans la création de l’expérience de RV, qui nécessite la création de programmeurs, de concepteurs, d’acteurs et de thérapeutes. Toutefois, une fois la simulation thérapeutique créée, elle pourrait être facilement distribuée en ligne et largement reproduite sur des installations de RV relativement peu coûteuses.

C’est incroyablement excitant de voir la réalité virtuelle utilisée pour aider les personnes dans le besoin et il semble probable que nous verrons la RV être utilisée plus largement à mesure que la recherche se poursuit et que le public se familiarise avec la technologie.

Toutefois, le Dr Mark Hayward de l’Université du Sussex nous rappelle que si les résultats sont prometteurs, avec des « troubles de santé mentale plus graves comme la psychose, ces traitements nécessitent encore l’intervention d’un thérapeute professionnel ».