Les Pays Asiatiques Affinent Les Règlements Sur Les Jetons De Sécurité

De nombreux pays d’Asie ont pris des mesures pour affiner et rectifier leurs réglementations concernant les jetons de sécurité et les monnaies de cryptage en raison du boom de la cryptographie de 2017 et de l’engouement initial pour les pièces de monnaie. Les principaux pays qui ont établi des règles claires concernant les biens numériques sont la Thaïlande, Singapour et Hong Kong.

Thaïlande Règlement sur la monnaie fiduciaire

En Asie, la Thaïlande dispose de loin d’une large marge, de textes bien caractérisés mis en place pour administrer la sécurité des contributions et des échanges. En mai 2018, le gouvernement thaïlandais a diffusé son décret sur les biens numériques qui établit les conditions nécessaires à l’abus d’offrir ou de donner des activités à des ressources avancées. Le décret couvre les deux formes de monnaie cryptographique tout comme les jetons informatisés et est administré par la Commission des valeurs mobilières et des changes de Thaïlande (SEC Thaïlande). La déclaration se situe entre les exercices d’émission essentiels (c’est-à-dire le soutien à la levée), qui concernent les offreurs de jetons et les bailleurs de fonds, et les exercices de marché auxiliaires (c’est-à-dire l’échange), qui concernent le commerce des jetons et les médiateurs liés à l’échange.

La Thaïlande a également établi trois types de licences :

– Licence d’échange de biens numériques ;

– la licence de courtier en biens numériques ; et

– Licence de négociant en biens numériques.

Ces licences répartissent les exercices particuliers auxquels les organisations peuvent participer. Le permis de commerce concerne un intermédiaire ou un système mis en place pour les raisons d’échange ou de commerce de ressources informatiques. L’autorisation de commerçant convient à tout individu qui donne des avantages en tant que représentant ou spécialiste concernant l’échange ou le commerce de ressources informatiques. Le permis de vendeur convient à tout individu qui fournit aux administrations des informations concernant l’échange ou le commerce de ressources informatiques pour son dossier en dehors du commerce de ressources avancées.

Réglementation de Hong Kong en matière de cryptologie monétaire

Hong Kong, qui est l’un des centres les plus importants d’Asie en matière de cryptage, est en train d’élaborer ses propres directives pour la scène du cryptage. En septembre 2017, la Hong Kong Securities and Futures Commission (HK SFC) a publié un communiqué sur les OIC, à ce moment-là en novembre dernier. Elle a diffusé une annonce et un rond-point sur le système administratif pour les directeurs de portefeuille de ressources virtuelles, les marchands de soutien et les administrateurs de scène d’échange. Le HK SFC utilise l’expression « ressource virtuelle », qu’il caractérise comme une représentation informatisée d’une valeur significative, qui est autrement appelée « cryptographicmoney », « crypto-resource » ou « advanced token ».

Réglementation de Singapour en matière de cryptologie

La véritable banque nationale de Singapour, l’Autorité monétaire de Singapour, a publié en novembre dernier un grand nombre de règles intitulées « Guide des offres de jetons numériques ». Ce guide explique quels types de ressources avancées relèvent de la loi sur les valeurs mobilières et les contrats à terme (SFA) de Singapour. Si, par hasard, les jetons avancés établissent des éléments des marchés de capitaux tels que caractérisés dans la SFA (c’est-à-dire des protections, des contrats subordonnés et bientôt), ils sont gérés dans le cadre de la SFA. Dans ces cas, les licences pertinentes actuelles s’appliquent, compte tenu des exercices effectués par les organisations, que ce soit en tant que bailleur de fonds, stade commercial, conseiller ou autre.

Contrairement à la Thaïlande, le SFA à Singapour ne s’applique qu’aux ressources avancées qui relèvent de la définition des postes des marchés de capitaux. D’autres jetons informatisés peuvent être appelés jetons de versement (par exemple Bitcoin, Ether), et relèvent de la loi sur les services de paiement (PSA), dont les résultats sont évalués fin 2019 et dont le régime de licences est différent. Avec la dynamique de la SFA et de la PSA, on peut s’attendre à ce que les organisations de ressources informatiques aient un arrangement plus clair des directives à accepter, en suivant les protections et les directives de paiement par versements. Quoi qu’il en soit, tout comme en Thaïlande, les conditions de tutelle sont encore indistinctes à l’heure actuelle. Étant donné que le permis CMS actuel couvre les administrations de tutelle pour les protections, nous nous attendons à ce que les gardiens de ressources avancés travaillent sous un permis CMS.