Passage En Revue Du Varjo Vr-2

Le haut de gamme du marché de la RV d’entreprise est devenu un marché un peu encombré ces derniers temps. Ainsi, lorsque le fabricant finlandais Varjo a dévoilé sa première offre de produits en février 2019, avec le casque VR-1, la société avait besoin d’un argument de vente unique pour se démarquer de la concurrence établie.

Heureusement, il en avait un gros dans sa manche. Le lancement du VR-1 a marqué le début de ce que Varjo appelle sa « révolution de la résolution », qui fait référence à sa capacité à fournir une résolution à l’œil humain – plus de 60 PPD (pixels par degré) – qui dépasse confortablement ce dont sont capables la plupart des autres modèles. Huit mois plus tard, deux autres casques ont été ajoutés à la gamme de produits : le VR-2 et le VR-2 Pro.

Examinons de plus près ce que Varjo a apporté à la table avec sa nouvelle technologie, et comment ces derniers ajouts ont placé la barre encore plus haut.

Comme le VR-1, le VR-2 Pro est doté d’un « affichage bionique », qui crée la résolution « rétine » au milieu du champ de vision. L’une des principales améliorations apportées à ce système est un film diffuseur à prisme pour l’affichage périphérique, conçu pour éliminer le redoutable « effet de porte d’écran » qui affecte de nombreux autres casques.

La résolution de l’œil humain provient de l’utilisation de deux écrans pour chaque œil dans le casque – un petit écran fovéal (focus) situé au centre entouré d’un écran périphérique (contexte) beaucoup plus grand. Ce dispositif, combiné à un champ de vision de 87 degrés, ajoute vraiment au réalisme.

D’autres améliorations notables ont été apportées à l’affichage depuis la sortie du VR-1. Le calibrage amélioré entre la zone de mise au point et la zone visuelle contextuelle rend l’utilisation du casque beaucoup plus naturelle, avec un mélange plus net entre les deux.

Le niveau de détail auquel tout cela conduit est assez extraordinaire par rapport à de nombreux autres modèles existants. Des informations qui seraient floues ou difficiles à distinguer sur des casques traditionnels peuvent être visualisées avec une clarté étonnante. Des comparaisons de captures d’écran côte à côte montrant les différences entre un contenu consulté par l’intermédiaire d’un Varjo et une autre marque de premier plan sont visibles sur le site web de la société, et la variation est évidente.

Sa fonction d’Eye Tracker 20/20 a également été améliorée, ce qui permet d’obtenir un calibrage plus réactif et plus précis. Les applications peuvent utiliser cette fonctionnalité de nombreuses manières, par exemple en permettant à l’utilisateur de visualiser un objet, de se concentrer sur lui et d’afficher des informations spécifiques sur l’objet, avec une réponse beaucoup plus rapide que ce que nous avons l’habitude de voir.

Bien que ce type de travail présente des avantages évidents dans certains secteurs, il faut un peu de temps pour s’y habituer. Les nouveaux utilisateurs peuvent avoir du mal à s’adapter au processus au début – établir le niveau correct des yeux pour que le casque soit entièrement calibré avec chaque utilisateur individuel peut prendre du temps, et entraîner ses yeux à ne pas voler et provoquer des actions involontaires peut être une expérience étrange pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce genre de technologie, mais la plupart des gens devraient être capables de s’adapter après quelques minutes de pratique.

Tout en supportant le contenu de SteamVR ainsi que la plateforme de développement OpenVR, Varjo donne à ses utilisateurs l’accès à une gamme extrêmement large de matériels et de logiciels, ce qui élargit encore les applications industrielles auxquelles cette technologie est adaptée.

Ce sera une bonne nouvelle, en particulier pour les professionnels du design, car cela signifie que l’appareil fonctionnera avec des progiciels tels que Luxion KeyVR, Gravity Sketch et Mindesk VR, tandis que les professionnels de l’architecture apprécieront certainement sa compatibilité avec Iris VR, Enscape et des programmes similaires.

Il convient toutefois de noter que les applications SteamVR ne sont pas encore compatibles avec l’affichage unique du fovéal – elles reconnaissent plutôt l’appareil comme un casque à résolution uniforme actuellement. En outre, le contenu de SteamVR ne rendra qu’à environ 40 PPD, mais si l’utilisateur dispose d’un GPU suffisamment performant, il peut le faire passer à environ 60 s’il le souhaite.

La principale différence entre le VR-2 et le VR-2 Pro est que le modèle Pro est équipé de la technologie de suivi des mains Ultraleap (anciennement connue sous le nom de Leap Motion) déjà intégrée. C’est une bonne chose, car de nombreux utilisateurs du casque d’origine ajoutaient eux-mêmes le Leap Motion en supplément, et il y a donc clairement une demande pour qu’il soit déjà disponible. L’Ultraleap est aussi particulièrement utile pour les professionnels qui, dans le cadre de leur formation à la RV, seront amenés à interagir avec des contrôleurs physiques, des interrupteurs, etc.

Il n’est peut-être pas surprenant que ces appareils nécessitent une puissance de traitement considérable, ce qui, ajouté à leur prix élevé, explique pourquoi il s’agit là de la définition même d’un appareil haut de gamme destiné à une utilisation professionnelle sérieuse.

Mais si vous pouvez dépenser plus de 5 000 euros pour un appareil et que vous voulez obtenir le meilleur pour ce type de dépense – ce qui est le cas lorsque vous considérez ce qui est proposé ici – alors le VR-2 et le VR-2 Pro devraient certainement être sur votre liste de candidats.