La Rv Pourrait-Elle Aider À Lutter Contre Le Racisme ?

Depuis l’apparition des médias sociaux, des smartphones et d’autres méthodes modernes de communication, on parle beaucoup de l’impact négatif de la technologie sur la façon dont les humains interagissent entre eux.

Certains pensent que les réseaux sociaux et les applications de messagerie nous ont rendus moins disposés à nous connecter en face à face, ce qui affecte notre capacité à nous socialiser. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le « trolling » est devenu si répandu alors que beaucoup trouvent si facile de partager des informations malveillantes en ligne depuis la sécurité de leur clavier sans craindre de réelles conséquences, même si l’effet sur le destinataire peut être très dommageable.

Devrions-nous donc nous inquiéter que la technologie menace notre capacité à nous mettre à la place de l’autre, à comprendre ce que l’autre vit en imaginant ce qu’il vit, à ressentir cette émotion humaine cruciale qu’est l’empathie ?

Peut-être, mais au contraire, il existe une autre nouvelle technologie qui promet de faire exactement le contraire : la réalité virtuelle. Au lieu d’intensifier nos sentiments de préjugés, la RV apparaît comme un outil de développement empathique, et un certain nombre d’études récentes le confirment.

Une expérience menée par l’université de Stanford aux États-Unis a invité une sélection de participants à découvrir ce que c’est que de perdre son emploi et sa maison en le vivant grâce à une simulation de RV. Un autre groupe a rencontré un récit similaire, mais par le biais de médias « traditionnels » tels que les livres, la télévision et les films. Dans un cas, 85% du groupe RV s’est engagé à soutenir les sans-abri après la fin de l’expérience, contre 63% pour le groupe traditionnel.

Cela est dû en grande partie aux qualités immersives de la réalité virtuelle. Non seulement la RV absorbe totalement le porteur dans le monde virtuel qui a été créé pour lui grâce à des visuels à 360 degrés qui empêchent toute distraction, mais les capacités non passives de la technologie signifient que les utilisateurs peuvent également être engagés davantage en ayant le contrôle sur ce qu’ils voient et avec quoi ils interagissent.

Dégradation et discrimination

Parce qu’elle permet aux gens de voir le monde à travers les yeux d’autrui, on parle maintenant de la RV comme d’une arme efficace contre certaines formes courantes de discrimination, comme le racisme, ainsi que les préjugés raciaux implicites – lorsque nous nourrissons involontairement de tels sentiments et portons des jugements sur les autres en fonction de la race sans nous en rendre compte.

En 2013, une enquête menée par TC Peck et al a révélé que les participants à la peau claire à qui l’on avait attribué un corps virtuel à la peau foncée par le biais d’un programme de RV avaient considérablement réduit leurs préjugés raciaux implicites envers les personnes à la peau foncée.

En amenant le participant à visualiser qu’il est en fait un autre individu – dans ce cas, une personne d’une origine ethnique complètement différente – il est amené à faire l’expérience de vivre avec une autre couleur de peau pour lui-même grâce à la synchronisation visuomotrice du corps entier et à un miroir virtuel.

Ce processus d' »incarnation » par la RV peut être un moyen efficace d’annuler tout préjugé conscient ou inconscient qui peut exister chez un individu.

D’autres projets sont allés plus loin que le simple fait de placer ses sujets dans l’esprit d’une personne d’un groupe racial différent en lui faisant vivre un ensemble d’événements. Dans « 1000 Cut Journey », une expérience de réalité virtuelle présentée en première au Festival du film de Tribeca en 2018, le spectateur devient un homme noir qui a été confronté au racisme dans son enfance, son adolescence et sa jeunesse, et parce qu’on lui fait sentir que cela lui arrive, c’est beaucoup plus percutant qu’un film ordinaire, par exemple.

L’idée est que cela aide le spectateur à mieux comprendre les réalités sociales du racisme.

Le dossier commercial

En plus de donner aux individus un aperçu du monde d’autrui, des expériences comme celles-ci commencent à attirer l’attention des entreprises qui cherchent à identifier si elles ont un problème de préjugés raciaux implicites dans leur organisation.

Il n’est pas rare que les entreprises consacrent des sommes importantes à des initiatives visant à résoudre ce problème, mais elles sont souvent inefficaces et ne font guère plus que susciter chez le stagiaire un sentiment de honte, de culpabilité et d’autres émotions déclenchées qui peuvent en fait faire plus de mal que de bien à l’entreprise.

Debias VR est un laboratoire de recherche et de formation qui vise à rendre les tests de biais implicites et la formation amusants et plus attrayants que les approches plus conventionnelles. Ses méthodes de « débiais » basées sur des preuves permettent à l’utilisateur de mesurer et de suivre ses progrès dans le temps – plutôt que de devoir condenser tout son apprentissage en une seule session – et les interactions sont positives, ce qui permet au participant de se sentir bien dans le processus, ce qui, selon la fondatrice Clorama Dorvilias, est plus susceptible de laisser un impact sur lui.

Les technologies qui apportent des avantages à la société ne sont pas nouvelles, mais elles le font généralement en nous facilitant la vie. Beaucoup moins courantes sont des solutions qui peuvent réellement nous améliorer, mais si l’on se fie à ces exemples, la RV est peut-être capable de le faire.